Tailler en macédoine, par Laurent Nadiras