Cuire à l’anglaise, par Laurent Nadiras