Aperçu des épreuves de sommellerie

16e Trophée G.H. Mumm - Finale 2018. Sommellerie Durée : 4 mn 11 s

Les cinq candidats sommellerie
Auteur(s) : Serge Raynaud

Dimanche 25 mars 2018, les candidates et les candidats du 16e Trophée G.H. Mumm sont accueillis à l’Hôtel de la Paix à Reims.
L’équipe d’organisation, conduite par Richard Demoulin, professeur au lycée des métiers de Bazeilles, académie de Reims, accueille les finalistes : accueil, tirage au sort des ordres de passage, conseils, consignes, ...

Le lendemain dès 8 heures du matin, les épreuves ont commencé.
Les candidats de Mention complémentaire en Sommellerie se sont confrontés aux épreuves en suivant le tirage au sort opéré la veille.
Reconnaissance de vins de la maison G.H. Mumm, accord mets et vins, service à table d’une cuvée G.H. Mumm et argumentation en français et en anglais, le tout face à un jury de professionnels hautement qualifiés. Et en public !
Outre les qualités professionnelles spécifiques à la connaissance des vins, leur origine, leurs typicités intrinsèques, il faut « occuper » l’espace avec élégance et communiquer avec les membres du jury qui tiennent lieu de clients « ordinaires ».
Entre verbal et non verbal, la communication est primordiale, d’autant que, dans une succession d’épreuves de cette nature, rien ne se passe jamais comme imaginé par les candidats : il y a toujours des événements, des aléas, des paramètres opportuns...
Et il faut faire face, réagir avec professionnalisme, interagir avec ses « clients », et réaliser une prestation optimale pour espérer être sur la plus haute marche du podium.
C’est ce que tous les candidats ont fait.
Mais, lorsque le stress s’invite dans les échanges et les gestes, il est ô combien difficile de garder tous ses moyens.
Incertitude des épreuves d’un concours : certains ont surmonté ces écueils, d’autres ont perdu une partie de leurs moyens...
Il faut néanmoins retenir que tous ont réalisé leur prestation et que, eu égard à leur jeune âge et leur motivation, ils sauront évoluer, progresser encore et toujours, et ils deviendront à n’en pas douter de grands professionnels de la sommellerie voués à de très belles carrières.